Article au lendemain des élections européennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Article au lendemain des élections européennes

Message par Admin le Mer 3 Sep - 17:56

Voici un article que j'ai écrit peu après les élections européennes et la victoire du Front National, à partir de laquelle j'ai décidé de réagir :

Encore sous le choc du résultat des européennes.                                                                                                                                                  

Ce n’est pas mon habitude de décharger mes émotions et mes opinions sur facebook mais j’avoue que j’en ai aujourd’hui le vif et égoïste besoin... J’espère au moins que certains s’y reconnaitront et mes excuses sinon (et même s’il n’y en qu’un déjà qui  s’y reconnait, je serais content...)

Pour moi, ce n’est pas eux qui ont gagné mais c’est nous qui avons perdu. Et sans doute beaucoup d’électeurs du FN l’admettront car ce qu’ils veulent en définitive c’est bien la « fin d’un système » plus que le commencement d’un autre... En cela, leur stratégie de destruction du débat républicain a remarquablement porté ses fruits. J’ai souvent surestimé la puissance de la République, je concède aujourd’hui qu’elle est bien précaire.

De mon point de vue, une des leçons de ce scrutin – car c’est bien avant toutes les analyses des conséquences qu’il faut tirer-, c’est que les idéaux et les valeurs républicaines si elles sont infiniment précieuses, sont aussi en conséquence tout aussi fragiles... Individuellement, les extrémistes, les dogmatiques, les aigris qui sont à la tête du Front National sont beaucoup plus forts que nous. Ils ont une hargne, une rage, une fureur que nous n’avons pas et que en déstabilise tant lors des joutes verbales des débats télévisés...                                                                                

Je n’appartiens pas aux brutes de la pensée. C’est bien peut être un des rares traits de caractère où je me sentirais en paix avec moi-même.                                            
Reconnaitre une défaite certes mais pour mieux rebondir donc.                                                                                                                              

Concéder que nous ne sommes rien seuls par rapport à eux pour affirmer que nous sommes tout si nous réunissons à leurs égards.  


Pratiquement, cela veut précisément dire : tout sauf le repli identitaire. Union entre les citoyens dans leurs différences, intégration des étrangers et donc société cosmopolite, riche et prospère. Construire une société avec nos cousins étrangers et nos frères européens.                                    

La base de la politique, c’est l’adage tout con « L’union fait la force ». La fermeture à l’autre devrait donc éveiller en nous une méfiance instinctive, un flair d’homme de bon sens, sans avoir besoin d’analyses socio-philosophico-politiques. Tenir, parfois serrés les uns sur les autres dans les périodes difficiles, mais surtout ne pas se désolidariser et consolider nos acquis.                                                                                                  

Je veux bien que ce soit faux, que l’union ne fasse pas la force, mais alors il n’y a plus à faire de politique et allons nous pendre en chœur ! Nous entrons dans un autre sujet. Et s’il n’y a pas une confiance de base entre les individus, eh bien il n’y a plus de société... C’est autre chose que j’ignore totalement mais que je n’ai pas envie de risquer.

Un changement doit venir, c’est certain. Mais pas du dehors. Il doit venir du centre même de nos institutions ébranlées et sans doute, à titre bien plus personnel par contre cette fois-ci du socialisme, de la gauche modérée. Une gauche qui  entame une difficile reconversion après la sortie du communisme, en quelque sorte dans un vide idéologique, et qui doit trouver ses sources dans des courants et concepts (écosocialisme, altermondialisme, développement durable, union des nations) dont la diversité constitue là aussi a priori une faiblesse mais un atout si les intérêts arrivent à trouver un point de convergence.                                                                                                                                                

A un autre niveau, plus vaste, plus important encore, c’est bien à mon sens tout une tradition de républicains --de la gauche de la gauche à la droite modérée qui ne cautionne pas le Front National-qui est visée et qui doit se lever...


Il est des événements tragiques qui sont célébrés... Parce que quoi qu’ils arrivent, ils ont une importance historique. Ce sont des vérités qu’il faut intégrer, qu’elles nous plaisent ou non. A partir d’elles, il n’y a plus que le seuil de la « réaction » possible, de la mémoire.  Je crois qu’il faut célébrer à cette manière cet événement. J’en fais sans doute des tonnes, j’en rajoute. Mais il est des situations où il faut élever le débat. Notre situation n’en est pas le résumé mais, clairement, elle en fait partie. Peut-être est-ce disproportionné.  Mais, à vrai dire, peu importe : il faut saisir l’occasion et en faire un symbole, un jalon, un point de non retour. Car quand le vrai coup nous sera porté, il sera trop tard pour réagir...

Retourner la situation, renverser la donne : c’est nous qui devons endosser la responsabilité de la défaite avant qu’ils ne s’approprient la victoire...

Ils n’ont pas gagné, ils nous ont d’abord défaits. Avant d’être une victoire du Front National, ces élections sont une défaite pour la démocratie et une « débacle » pour les républicains, une « déroute » comme le soulignait très bien à ce titre Jean-Marie Le Pen... Abstention et repli identitaire, deux faces de la résignation, se donnent la main, sensiblement au même niveau pour nous faire plonger dans un cauchemar démocratique.

Au final quelles leçons en tirer ? Pour ma part, je n’éprouve pas le besoin d’étudier la parabole asymptotique de la claque que je me suis pris dans la figure dimanche...                                                                                    

Ce  n’est pas seulement un rejet, c’est un déni.                                                                                                                                                      

C’est l’irruption pathologique du psychologique dans la sphère politique.                                                                                                                  

La tristesse qui macérait vire au vinaigre, la déception à l’aigreur.                                                                                                                            

Bref. On pourrait continuer longtemps ainsi.                                                                                                                                                  

Concrètement, c’est bien l’entrée en force de plus d’une vingtaine d’hommes dans une salle. Et ces hommes, ils n’ont ni n’importe lesquelles positions, pas moins qu’ils n’entrent dans n’importe quelle salle... C’est bien des millions d’hommes qui se sont déplacés et qui ont voté « Front National » alors que leur conscience, impassible, les regardait.


Bref et bref.                                                                                                                                                                                              

On en oublierait presque des évidences.                                                                                                                                                      

Nous ne sommes pas morts.                                                                                                                                                                          

Mais il y a aussi une autre évidence.                                                                                                                                                                    

Le front national, c’est mal. Et va savoir pourquoi, les gens qui le soutiennent semblent souvent agressifs et antipathiques.

Nos idéaux sont au dessus de leurs combats.

La République est au dessus de la Nation.                                                                                                                                                    

Et ce sont les valeurs qui nous avons construites  qui nous guident vers l’avant.                                        


La France est au dessus de toi et moi.                                                                                                                                                            

La France est au dessus de Paris et l’Europe est au dessus de la France.                                                                                                  

Qu’on le veuille ou non.                                                                                                                                                                                        

Et les intérêts généraux au dessus des particuliers.

Je crois que la solidarité entre tous vaut plus que la liberté individuelle et que l’ouverture est préférable au repli.                                

De même, il vaut mieux vivre dans la concorde que dans la discorde.                                                                                                                    

On ne peut pas se permettre de laisser planer de si lourds doutes de racisme, d’homophobie sur un parti.



Jeune, je renie appartennir à une génération bleue marine.                    



J’ai beaucoup douté mais maintenant le problème est plus simple et plus grave.                                                                                                      

Je sais ce que je ne veux pas. Ma personnalité se définit.                                                                                          



Ce fut une douche froide pour les idéaux de ma jeunesse.                                                                                                                



J’ai peut être grandi dans les remises en question du capitalisme, dans la montée de l’islamisme.


Mais j’appartiens à la génération du printemps arabe, des indignés, des écologistes, au siècle de la mondialisation, des échanges, à celui de l’essor des nouvelles technologies, à celui de la transition énergétique et de la construction européenne. Mais surtout, j'appartiens à un siècle d'espoir, soulevé par tout ce que nous permettent nos moyens actuels.                                                                                                                                              

Et je crois des plus fermement, pour répéter cette idée à laquelle je tiens énormément que la solidarité collective doit remplacer notre état d’esprit de la liberté individuelle.



Je ne veux pas du Front National. Je suis pour la République et toute la tradition qui la porte. C’est un idéal pour lequel je suis prêt à me battre.


Je ne veux pas du Front National. Je suis pour la République et toute la tradition qui la porte. C’est un idéal pour lequel je suis prêt à me battre.

Admin
Admin

Messages : 21
Date d'inscription : 03/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://francedumonde.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum